2 minutes de lecture (373 mots)

Solitude...

Solitude

S’effeuiller chaque jour d’une couche supplémentaire de programmation rapproche certes de soi, mais éloigne souvent des autres… ces autres, qu’ils soient membres de la famille, amis, collègues, connaissances ou parfaits inconnus ; tous embourbés dans leurs schémas répétitifs, pétris de certitudes, englués dans leurs croyances, dégagent une espèce d’onde répulsive presque tactile qui me fait me sentir étrangère à eux, étrangère à leur monde…

Des décennies que je suis, moyennant mon véhicule de matière et grâce ou à cause de mon personnage sur « terre » ; je crois bien que j’ai fait le tour au complet de ce lieu étrange et plombé.

La terre ! Y serais-je venue sans cette promesse de recoller mes morceaux et retourner grandie à la maison ? Je crois que je ne mesurais nullement l’ampleur de la perdition en ce lieu si reculé, si illusoire pour avoir fait ce choix.

Je finis par ne me sentir ni bien ni mal ; je fais avec, je ne compte plus ni les jours, ni les années qui s’écoulent, je ne suis dans l’attente de rien. D’humeur égale, plus rien ne me surprend, plus rien ne me scandalise, plus rien ne suscite ni ma joie ni ma peine ; le monde extérieur, ses paillettes ou ses drames de quelques ordres qu’ils soient, n’a plus le moindre impact sur moi… Suis-je morte au monde ou est-ce le monde qui est mort à moi ? Ce petit moi, désormais personnage sans le moindre intérêt qui pourtant continue à faire, à agir, à se mêler à la foule, à se fatiguer pour mieux s’oublier, à dissoudre ses contours pour disparaître dans ce tout indéfinissable car si peu homogène, et plus conflictuel que fluide.

Je ne sais quel langage je parle, je tente simplement de coucher des mots si dérisoires, si inutiles comparés à la vastitude de mon être, sur un écran froid. Les mots m’ont tellement manquée, comme me manque ma moitié d’âme que je suis venue récupérer.

Combien de temps va encore durer ce voyage sur cette terre de désolation, de prédation, de perdition et d’oubli ? Le temps de pouvoir reposer ma tête sur mon cœur pour accomplir l’histoire qui mènera à l’éternité de soi, en soi, chez soi.

Avec l’espoir qu’il n’y en a plus pour longtemps…

FATEN

De l'impermanence communautaire
L’Amour dans les couples lambda existe-t-il vraime...
 

Commentaires 3

Invité - Samsei le mardi 13 août 2019 19:42

Bonjour grand merci je ressens exactement mot pour mot votre ecrit je me sens moins seul d un coup

Bonjour grand merci je ressens exactement mot pour mot votre ecrit je me sens moins seul d un coup
Invité - Solange Thomas le mardi 13 août 2019 21:23

J'adore ton article, Merci...

J'adore ton article, Merci...
Invité - Patje SEKO le samedi 29 août 2020 16:57

Bonjour,

Sur les 4 qualificatifs que vous attribuez à la terre ( terre de...): Désolation - Prédation - Perdition - Oubli - et qui sont bien réels ! 3 peuvent être pour partie de notre fait. Nous sommes un peu co-responsables, nous les humains en "villégiature" plus ou moins contrainte sur Gaïa. Le seul qualificatif sur lequel nous n'avons que peu d'emprise - sauf de manière personnelle en respectant tout simplement la vie - c'est la Prédation, comme moyen de vie et de survie - uniformément répandue sur cette terre - qui pose vraiment question.
Alors nous slalomons entre des contraires et des oppositions, essayant toujours de trouver le bon axe de recherche ...dans le Silence ...

Essai:

ALTERNANCE...

Au-dehors, le tumulte et la fureur soulèvent
La poussière des hordes de la discorde.
Au-dedans...le Silence vivifiant s'élance
Vers une Paix qui semble encore inaccessible.

Au-dehors, l'éphémère se dispute au fugace,
Le factice à l'irréel,
Dans la précaire apparence de l'impermanence.
Au-dedans...à la découverte de l'Ultime réalité,
Parfois, mon Âme côtoie la Présence...

Alors, les mots se recroquevillent et s'étiolent,
Les paroles se dissolvent dans l'azur,
Et les silences se rassemblent et s'unissent
Dans l'Unique Silence.

La Voie est si escarpée, mais la vue promet d'être si belle,
Chaque nouvel horizon semble apporter en gage,
Les senteurs et les parfums de l'Origine.

Au-dehors, les sens s'entrechoquent dans une véritable
cacophonie sémantique.
Au-dedans...la fusion des dernières scories laisse percevoir
L'Ultime Aspiration qui ne demande qu'à croître
Vers sa Source.

Quand pourras-tu t'y désaltérer mon Âme ?


Patje Seko
Chemin de l'Oratoire

Bonjour, Sur les 4 qualificatifs que vous attribuez à la terre ( terre de...): Désolation - Prédation - Perdition - Oubli - et qui sont bien réels ! 3 peuvent être pour partie de notre fait. Nous sommes un peu co-responsables, nous les humains en "villégiature" plus ou moins contrainte sur Gaïa. Le seul qualificatif sur lequel nous n'avons que peu d'emprise - sauf de manière personnelle en respectant tout simplement la vie - c'est la Prédation, comme moyen de vie et de survie - uniformément répandue sur cette terre - qui pose vraiment question. Alors nous slalomons entre des contraires et des oppositions, essayant toujours de trouver le bon axe de recherche ...dans le Silence ... Essai: ALTERNANCE... Au-dehors, le tumulte et la fureur soulèvent La poussière des hordes de la discorde. Au-dedans...le Silence vivifiant s'élance Vers une Paix qui semble encore inaccessible. Au-dehors, l'éphémère se dispute au fugace, Le factice à l'irréel, Dans la précaire apparence de l'impermanence. Au-dedans...à la découverte de l'Ultime réalité, Parfois, mon Âme côtoie la Présence... Alors, les mots se recroquevillent et s'étiolent, Les paroles se dissolvent dans l'azur, Et les silences se rassemblent et s'unissent Dans l'Unique Silence. La Voie est si escarpée, mais la vue promet d'être si belle, Chaque nouvel horizon semble apporter en gage, Les senteurs et les parfums de l'Origine. Au-dehors, les sens s'entrechoquent dans une véritable cacophonie sémantique. Au-dedans...la fusion des dernières scories laisse percevoir L'Ultime Aspiration qui ne demande qu'à croître Vers sa Source. Quand pourras-tu t'y désaltérer mon Âme ? Patje Seko Chemin de l'Oratoire
déjà membre vous connecter
Invité
lundi 25 janvier 2021

Image Captcha

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.les-voies-libres.com/

Inscrivez-vous pour être toujours informés de nos publications

Connexion

16 janvier 2020
Éveil et Spiritualités
Expression Libre
La Foi pour moi n'est pas une question de religion, non, c'est celle du coeur. Car pour moi il y a bien plus grand que nous : on pourrait l'appeler la Source, l'Univers ou le créateur de tout ce qui v...
27 janvier 2019
Éveil et Spiritualités
Sciences
La rencontre de Jung avec l'alchimie date de 1928 (il a 53 ans) lorsque le sinologue Richard Wilhelm (qui a déjà étudié et traduit le Yi King) lui adresse un texte "le Mystère de la Fleur d'Or" et lui...

Commentaires Articles

Invité - Laurent Boutin Anomalie dans la matrice et "but de la vie" seconde partie
25 décembre 2020
Je n'écris pas pour donner mon avis et je ne sais pas même si je serais lu par l...
Invité - Anthony Doriand Je suis Lumière
29 novembre 2020
Magnifique merci Je vous invite à découvrir mon clip "Je suis lumière" https:/...
Bruno L’association Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri
13 novembre 2020
Bonjour , voici un lien. Merci de votre lecture ..https://www.fndsa.org/
Invité - Amato L’association Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri
13 novembre 2020
Bonjour, J'aimerais savoir s'il y a un foyer Notre Dame des Sans Abri et si oui,...
Invité - Lila Si j’en crois ce que j’ai vu.
12 novembre 2020
Bonjour Faten, l'article décrit parfaitement l'attitude du mystique. Ce n'est pa...

Please publish modules in offcanvas position.