Le-savoir-de-toutes-choses

Quelqu'un d'autre, un autre moi-même, un moi très scintillant commence à remonter à la surface de mon être et me parle, comme s'il s'agissait d'une autre personne. « Vois-tu, dit-il, la vie est comparable à un feu dont tu es l'aliment, à moins que tu ne deviennes le feu de ton propre aliment : c'est pour cette raison que tu dois vivre en constant état de quête et c'est aussi pour cela qu'il te faut solliciter et parfois forcer le savoir de tout ce qui t'entoure : savoir du ciel, de ce feu que tu vois là dans cet âtre et qui brûle peut-être pour te livrer un secret, savoir de l'eau maîtresse du rythme, savoir du vent, du son, de la pierre, des saisons – ces respirations – de la fleur, cette sensibilité odorante de la terre, de l'arbre, de l'animal, de l'homme au cœur ébloui, de la lune, du soleil, des planètes, des étoiles, du ciel, de la terre...

Sais-tu qu'en cette terre qui te porte, gît un extraordinaire savoir, que cette terre est aussi le réceptacle de paroles et d'oracles inouïs qui attendent que tu viennes les libérer de leur gangue de silence ? Sais-tu que chaque forme est l'expression pensée d'une force et que derrière toute forme se tient un secret que l'on peut déchiffrer ?

Chacun de nous est porteur d'un grand savoir intuitif qui ne demande qu'à se révéler et à être révélé. Nos oreilles ne sont pas seulement faites pour entendre les bruits (si différents des bruits ordinaires) du Ciel et de la Terre, mais pour écouter les paroles des Dieux. Nos yeux ne sont pas seulement faits pour voir ce qui nous entoure mais pour poser leurs regards sur les fantastiques jardins de nos âmes. Notre bouche ne s'ouvre pas seulement pour boire, manger, parler, rire ou crier, mais elle peut aussi s'ouvrir pour permettre à d'autres voix d'origine sidérales de parler. Mais tout cela ne pourra se réaliser que lorsque tu sauras réveiller ton ardeur première, cette ardeur qui est une irradiation sacrée, une expansion du Feu cosmique qui gîte en chacun de nous. »

Extrait de : Les rites du Ciel et de la Terre, de Mario Mercier (1984)