By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.les-voies-libres.com/

5 minutes de lecture (975 mots)

La véritable légende de Chasseloup

La-vritable-lgende-de-Chasseloup

La Crûme est bien, je crois la plus capricieuse de nos petites rivières vendéennes. C’est vers Chambretaud qu’elle prend sa source et elle vient se jeter dans la Sèvre-Nantaise à Tiffauges, derrière les ruines du château de Gilles de Retz, le seigneur à la barbe bleue. Elle fait mille détours en chemin, tantôt coulant de large et molle façon au milieu de grasses prairies qu’elle enserre ou sillonne en tous sens, tantôt se glissant, étroite et timide, entre deux coteaux abrupts, couverts de ronces, de fougères et de rares pousses de genêts aux fleurs d’or. De grands chênes, de hauts peupliers, des « vorgnes » la bordent et ombragent ses eaux. L’été, elle offre de nombreux gués, et, en deux pas est franchie aisément.

Dans sa marche irrégulière et lente, de Chambretaud vers Tiffauges, la Crûme s’approche des Landes-Genusson. A deux kilomètres de ce bourg, ou peut-être un peu plus, elle passe au pied d’un coteau escarpé sur le flanc duquel est une pierre énorme dont une partie – les deux tiers environ – repose sur un rocher plat, à demi recouvert d’une mince couche de terre et de mousse, et dont l’autre partie menaçante, surplombe la vallée. Des bords de la rivière qu’elle domine, cette pierre effraye le regard, et une peur vous saisit qu’elle ne roule dans l’abîme. En s’accrochant aux tiges des genêts, si l’on grimpe jusqu’à elle on voit l’immense roche immobile, et semblant défier tout effort humain. Le dessus, presque plat, porte comme l’empreinte d’une croix, et, dans son milieu, une petite tache rouge qui jamais n’a pu être enlevée. Le plan s’incline brusquement, et, de telle sorte qu’un homme, étendu sur la pierre, glisserait dans le vide à la plus légère poussée. Or voici la légende de cette pierre de Chasseloup, telle qu’un ami me la dite, adossé contre la roche, et telle que les vieux paysans landais la content aux petits enfants, dans les fermes d’alentours.

Il y a longtemps, bien longtemps. Dans la Gaule païenne étaient arrivés les saints de Provence : Lazare, Marthe et Madeleine, Pierre avait envoyé Martial à Limoges. Nos ancêtres quittaient leurs dieux mortels pour aller vers le Christ immortel. Hilaire de Poitiers et Martin de Tours prêchaient dans le Poitou la religion nouvelle. Et cependant, dans un coin ignoré de Vendée dans les Landes, auprès de Chasseloup, vivait un dernier prêtre du culte antique, le dernier druide de Teutatès. Une caverne, recouverte maintenant par les éboulements successifs, lui servait d’habitation : une population à demi sauvage venait lui demander ses enseignements.

A chaque lune nouvelle, le druide réunissait les adorateurs de Teutatès autour de la pierre de Chasseloup et offrait un sacrifice humain à sa divinité. La victime était immolée sur la pierre, autel du dieu, puis les eaux de la Crûme emportaient le cadavre. Parmi les disciples du dieu gaulois, les plus fervents tenaient à honneur d’être égorgés par le couteau du sacrificateur et de jeunes garçons et des jeunes filles se présentaient souvent en holocauste volontaire.

Mais le christianisme envahissait même la terre des Landes. Déjà les porteurs de la bonne nouvelle étaient apparus et les barbares, touchés de Dieu, croyaient à leur parole. Bientôt le druide fut abandonné, et bientôt les victimes manquèrent pour les sacrifices à Teutatès. Des loups pris au piège, puis des oiseaux de proie, et des tout petits oiseaux, victimes indignes, furent immolés. Le druide vieilli se lamentait, il implorait son dieu, et son dieu sourd et impuissant n’entendait et n’exhaussait point ses prières.

Quelques années passèrent, et autour de l’autel, le désert complet s’était fait, les animaux sauvages, eux- mêmes, traqués de toute façon, avait fui.

Un soir enfin, au milieu de l’hiver, alors qu’un blanc tapis de neige couvrait la vallée de la Crûme, le druide perçut le faible son d’une cloche dans la direction des Landes. C’était Noël, un disciple de Pierre appelait ainsi les pauvres habitants du pays pour célébrer devant eux la première messe des Landes. Le prêtre de Teutatès comprit ce signal ; il voulut y répondre. Par trois fois, il lança son cri dans la nuit, et par trois fois les échos lui renvoyèrent son cri seul.

Au loin, joyeusement la cloche tintait…

Debout sur la roche, le druide dit à son dieu cette prière : « Ô divin Teutatès, seul de tous tes disciples je suis demeuré fidèle. Je n’ai plus de victime à t’offrir, je te donne mon sang ! » et stoïque il enfonça dans sa poitrine son large couteau de sacrifice. Le ciel était bleu, et cependant soudain la foudre éclata. Tout près, un chêne fut frappé et l’on montre encore l’arbre à demi brûlé que les plus vieux des paysans ont toujours vu ainsi, le tronc largement ouvert. Un souffle passa, et le corps du druide roula dans l’abîme. Il ne restait plus rien du dernier représentant d’un culte disparu. Une goutte de sang, seule, avait jailli. Tombée sur la pierre elle s’y était comme attachée, la tache avait pénétré le granit et des siècles ont passé sans l’effacer jamais.

Et dans le « pagus » des Landes, la cloche tintait toujours. Et, les nouveaux chrétiens accouraient adorer le Dieu-Enfant, l’Emmanuel divin…

Depuis cette époque, tous les ans, quand la cloche appelle les fidèles à la messe de minuit, la pierre de Chasseloup descend dans la Crûme pour laver sa tache de sang. Mais le souvenir du dernier druide de Vendée ne doit pas disparaître. Aussi toujours les eaux s’écartent et laissent intacte la marque sanglante. Voilà ce que content les vieilles grand-mères à leurs petits-enfants, aux longues veillées d’hiver, dans les fermes voisines de Chasseloup, pendant que sur la Crûme le vent, frappant les chênes, se glisse sifflant entre les fines découpures de leur feuillage et qu’à son souffle doucement bruissent les feuilles plus larges des peupliers.

L’étoile de la Vendée du 19 septembre 1897 - Colon
Des couleurs en matière religieuse en particulier ...
Voyage de Odin à la recherche des Runes
 

Commentaires 1

Invité - Eikthyrnir Odinson le jeudi 22 octobre 2020 00:31

Ha le château de Gille de Retz Tiffauges et la sèvre Niortaise, sa me rappel mes études a Niort Tiffauges c'est un superbe endroit en Vendée.
Vive la Vendée, j'ai de super souvenir là bas. Merci beaucoup pour ce sujet.
J'adore les légendes et les contes de fées populaires.

Ha le château de Gille de Retz Tiffauges et la sèvre Niortaise, sa me rappel mes études a Niort :D Tiffauges c'est un superbe endroit en Vendée. Vive la Vendée, j'ai de super souvenir là bas. Merci beaucoup pour ce sujet. J'adore les légendes et les contes de fées populaires. :)
déjà membre vous connecter
Invité
mardi 27 octobre 2020

Image Captcha

Inscrivez-vous pour être toujours informés de nos publications

Connexion

7 avril 2020
Éveil et Spiritualités
Quelle est donc alors la Loi du Devoir ?Elle varie avec chaque stade de l'évolution, bien que le principe en soit toujours le même ; elle est progressive comme l'évolution elle-même. Le devoir du sauv...
16 janvier 2020
Éveil et Spiritualités
Expression Libre
La solitude et le silence ont de bons côtés.Nous n'aimons pas trop cette solitude et ce silence en nous. Nous nous occupons pour ne pas faire face car nous avons peur de ce qui se cache en nous.Cela n...

Commentaires Articles

Invité - Eikthyrnir Odinson La véritable légende de Chasseloup
21 octobre 2020
Ha le château de Gille de Retz Tiffauges et la sèvre Niortaise, sa me rappel mes...
Invité - Eikthyrnir Odinson Les 81 Triades Bardiques
19 octobre 2020
Dispar eo! Super! Ce sont de magnifique triade vraiment très importante quand on...
Invité - Patje SEKO Solitude...
29 août 2020
Bonjour,Sur les 4 qualificatifs que vous attribuez à la terre ( terre de...): D...
Invité - Gilbertus Sur les catégories de Devas et les esprits de la nature
18 août 2020
J'ai de la peine pour vos laurier mais des fois il ne faut pas compter sur les D...

Please publish modules in offcanvas position.